L’honorable Pablo Rodriguez
Leader du gouvernement en Chambre et
Lieutenant du Québec
Chambre des communes
Ottawa (Ontario) K1A 0A6

Cher ministre Rodriguez,

Je tiens tout d’abord à vous féliciter pour votre nomination en tant que leader du gouvernement en Chambre, mais particulièrement en tant que lieutenant du Québec pour votre gouvernement. Par ailleurs, je vous interpelle dans le cadre de vos fonctions en tant que représentant du gouvernement au Québec. Vous avez certainement pris connaissance des interventions de la mairesse de Montréal au sujet de la crise du logement qui sévit en ce moment sur l’île de Montréal.  

Selon les données du rapport sur le marché locatif, publié par la SCHL au mois de janvier, on constate que le taux d’inoccupation des logements se situe à 1.6%. La SCHL souligne que le taux d’inoccupation n’avait jamais été aussi faible depuis 15 ans. Ce qui est aussi inquiétant, c’est de constater que le taux d’inoccupation pour les logements avec trois chambres ou plus se trouve à 0,7%. Force est d’admettre qu’il est extrêmement difficile pour les familles de se trouver un nouveau logement sur l’île de Montréal.   

Comme l’a dit la mairesse Plante, “l’heure est à l’urgence.” Et nous avons besoin d’une étroite collaboration des 3 paliers de gouvernement pour y répondre. 

Le gouvernement fédéral a un rôle important à jouer dans le financement du logement, particulièrement le logement social. On aurait cru qu’avec la stratégie nationale en matière de logement, les crises du logement seraient chose du passé. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas. Je ne vais pas trop m’attarder sur le fait que le directeur parlementaire du budget avait soulevé des inquiétudes sur l’efficacité de la stratégie. Je veux plutôt vous interpeller sur l’entente asymétrique entre le gouvernement du Québec et votre gouvernement sur le financement en logement social. 

Vous vous êtes engagés à signer une entente spéciale avec le Québec, mais cette entente se fait toujours attendre. Selon des documents publiés par Le Devoir au mois de septembre 2019, plutôt que d’une entente asymétrique, votre gouvernement proposerait la même entente que toutes les autres provinces ont signée. Rien de moins! Résultat: non seulement l’entente reste toujours sur la table, mais le Québec reçoit moins d’argent que le reste du Canada. Et les grands perdants sont les gens qui sont en attente d’un logement.

Des organisations comme le FRAPRU et la Fédération régionale des OBNL d’habitation, et même l’Union des municipalités du Québec, ont interpellé votre gouvernement pour faire avancer le dossier. Malheureusement, rien ne semble bouger. 

Je vous écris donc pour vous demander d’intervenir auprès du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et de conclure l’entente le plus rapidement possible avec le gouvernement du Québec, qui demande tout simplement une entente à la hauteur de ce qui lui a été promis. Du même coup, en envoyant une copie de cette lettre aux autres ministres de l’Île de Montréal, je les incite à en faire de même. 

Votre gouvernement se doit d’agir rapidement afin d’aider le gouvernement du Québec et la ville de Montréal, et plusieurs autre villes à travers le Québec, à répondre aux besoins des Québécoises et Québécois en matière de logement social. 

Il est temps d’agir maintenant.

Sincèrement,

Alexandre Boulerice
Député de Rosemont—La-Petite-Patrie