Bien que l’ensemble de la population se soit adapté au commerce en ligne, le gouvernement fédéral ne s’y est jamais attardé. Le commerce en ligne et la délocalisation des entreprises partout dans le monde ont mis nos gouvernements dans une situation jamais vue dans le passé. Les géants du web, comme Netflix, Amazon, Facebook et Google, génèrent des millions en revenus, mais ne sont pas tenus de payer des impôts ou de percevoir des taxes chez nous.

Au lieu de moderniser nos lois pour corriger ces lacunes, le gouvernement fédéral a décidé de fermer les yeux sur ce problème ou de négocier des ententes à la pièce. Prenons comme exemple le contrat signé avec Netflix, qui profite d’un congé fiscal injuste et qui n’assure aucun retour pour nos médias. Cette inaction dans ce dossier aura des conséquences à long-terme.

Tout comme Bell, Vidéotron, ou Simons qui assurent de bons services en ligne, les géants du web doivent payer leur juste part.  La province du Québec vient de bouger sur cet enjeu, c’est au tour du gouvernement fédéral d’agir.

Passez à l’action