Mon premier mandat de député m’a confirmé une chose : il est urgent de lutter contre les inégalités.

Alexandre Boulerice est né et a grandi à Saint-Jean-sur-Richelieu, sur la Rive-Sud de Montréal.

Après sa formation collégiale, il déménage à Montréal pour faire un baccalauréat en sociologie à l’Université de Montréal. Il poursuit ensuite des études en science politique à l’UQAM et entame une scolarité de maîtrise à l’Université McGill.

Après ses études, il travaille comme journaliste-monteur pour la chaîne d’information LCN. Peu après, il passe à la salle de rédaction de TVA, où il commence à s’impliquer dans son syndicat.

Prenant goût à l’engagement social, il quitte le journalisme pour travailler dans un groupe communautaire, l’Union des travailleurs et travailleuses accidentés de Montréal (UTTAM).  Pendant près d’un an, il vient en aide à des personnes qui luttent pour faire respecter leurs droits. Il a occupe ensuite un poste de conseiller au service des communications du SCFP, le syndicat qui représente les employés de TVA pendant neuf ans.

Militant du NPD

Son militantisme auprès du NPD remonte à la fin des années 1990. En 2008, il se présente pour la première fois comme candidat de l’équipe de Jack Layton dans Rosemont-La-Petite-Patrie.

En 2011, le NPD remporte une victoire historique au Québec. Alexandre est élu avec plus de 50% des voix. Il devient officiellement « Monsieur le député », un sobriquet qui le fait sourire, car il se considère toujours le même homme, animé par le même sens de l’engagement social et la même volonté d’aider ses concitoyens.

Grâce à son expérience de communicateur, Alexandre s’est rapidement imposé comme un orateur redoutable à la Chambre des communes et un parlementaire respecté. Il se fait confier d’importantes responsabilités, comme porte-parole de l’Opposition officielle en matière de travail et pour Postes Canada et aussi comme porte-parole adjoint en matière d’éthique.

Ce dernier rôle l’a tenu particulièrement occupé lors des nombreux scandales qui ont marqué le règne de Stephen Harper, comme le scandale du Sénat, le scandale des appels robotisés, le scandale des dépenses électorales conservatrices et le détournement de l’argent du G20.

Lieutenant du NPD au Québec

En 2015, il est réélu avec 49,2 % des voix. Il se fait rapidement nommer lieutenant du NPD au Québec. Cette nouvelle responsabilité l’amène à parcourir la province pour discuter des enjeux touchant les citoyens et les entrepreneurs. Pendant cette période, il est le porte-parole en matière de finances, ce qui le pousse à s’attaquer sans relâche aux paradis fiscaux.

En janvier 2018, il endosse le rôle de porte-parole en matière d’environnement et de changements climatiques.

Quotidiennement, il insiste sur l’importance de redonner des moyens financiers à la classe moyenne, de bâtir un monde plus vert et plus prospère. Comme représentant de Rosemont – La Petite-Patrie, sa première préoccupation est de lutter contre le cynisme et inciter les citoyens à s’impliquer dans leur communauté.

Une fois sa journée de député terminée, il reprend son rôle de père : avec quatre enfants à la maison, l’action ne manque pas!