« C’est au tour des travailleurs et travailleuses du Québec de souffrir de l’inaction des libéraux. Le gouvernement dispose de plusieurs leviers d’intervention pour intervenir dans le dossier de Via Rail, mais préfère se cacher derrière de fausses contraintes. Une fois encore, les députés libéraux du Québec sont incapables de faire résonner leur voix au sein du caucus. Le ministre des Transports a répété à plusieurs reprises qu’il avait les mains liées par l’AEGC, l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne que son gouvernement a négocié. Ce manque de leadership coûtera aux entreprises canadiennes un contrat de plus de 1 milliard de dollars. Tout cela alors que les statistiques montrent que nous avons un déficit commercial avec l’Europe. Comment favoriser les compagnies étrangères peut-il être une bonne chose pour les Canadiens et Canadiennes? Les travailleurs et travailleuses canadiens sont malmenés par l’inaction des libéraux. Après l’annonce de la fermeture de l’usine de GM à Oshawa, c’est vraisemblablement au tour de la communauté de La Pocatière de faire les frais de l’inaction du gouvernement de Justin Trudeau. En avril dernier, nous avons écrit une lettre au ministre fédéral des Transports Marc Garneau, pour demander de revoir l’approche traditionnelle du plus bas soumissionnaire dans les appels d’offres du gouvernement. Notamment il faut que des exigences en contenu local et la maximisation des retombées locales soient intégrés aux critères actuels. Si le gouvernement libéral de Justin Trudeau avait une stratégie cohérente pour le secteur manufacturier, nous pourrions y inclure des mesures favorisant l’achat local dans les appels d’offres du gouvernement, la formation de travailleurs et travailleuses qualifié·es, et la rétention d’emplois bien rémunérés au Canada.

Le NPD se bat pour les travailleurs et travailleurs de partout au Canada. Nous continuerons à se battre pour que les bons emplois demeurent chez nous. »