OTTAWA – Le NPD accueille favorablement la création du poste d’ambassadrice pour les femmes, la paix et la sécurité. Bien qu’il s’agisse d’un pas dans la bonne direction, la porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière (Laurier–Sainte-Marie) demande au gouvernement libéral d’assurer le financement du poste nouvellement créé d’ambassadrice pour les femmes, la paix et la sécurité.

« Même si je salue la création de ce bureau, j’ai été déçue qu’au cours du débat, les libéraux aient rejeté notre amendement visant à allouer des fonds supplémentaires pour appuyer la nouvelle ambassadrice, son mandat et la pleine réalisation du Plan d’action national du Canada sur les femmes, la paix et la sécurité, a déclaré Mme Laverdière. La population canadienne mérite mieux que de constater l’incapacité chronique du gouvernement libéral à attribuer les fonds adéquats pour sa prétendue politique étrangère féministe. »

Dans un récent rapport, le secrétaire général de l’ONU a noté que la multitude de politiques et de programmes concernant les femmes, la paix et la sécurité « nécessitent une force politique et un financement accrus, innovateurs et durables ». Alors que le Canada lorgne un siège au Conseil de sécurité de l’ONU, le financement de nos engagements internationaux est essentiel afin d’améliorer notre réputation sur la scène internationale.

« Le Plan d’action national sur les femmes, la paix et la sécurité n'est rien de plus que de belles paroles s’il n’est assorti d’aucun poste budgétaire spécifique », a déclaré la députée néo-démocrate Rachel Blaney.