OTTAWA – Les femmes de la minorité religieuse yézidie, au nord de l’Irak, continuent de souffrir de traumatisme psychologique causé par le génocide, la torture et l’exploitation sexuelle subis aux mains de l’État islamique. Le NPD appuie les réfugiées et le Women Refugees Advocacy Project (WRAP) alors qu’elles demandent au gouvernement d’agir rapidement afin de mettre en place un programme de traumatologie adapté à leur culture et conçu par des experts, et afin de répondre à leurs besoins en logement. Le NPD déposera une pétition en leur nom à la Chambre des communes lundi.

« Nous demandons au gouvernement de fournir des soins traumatologiques complets qui ont été offerts dans d’autres pays et que notre gouvernement avait promis, a déclaré Dre Loera Kuttner, psychologue clinique pour le WRAP. En intervenant maintenant, nous pouvons réduire de façon significative la souffrance des réfugiées yézidies. Ces femmes et ces filles sont parmi les personnes les plus traumatisées sur la planète et ont besoin de notre aide. Nous pouvons aussi leur permettre de s’adapter au Canada, et empêcher que les effets de leur traumatisme ne se transmettent à leurs enfants. »

Le 25 octobre 2016, le Parlement a unanimement voté pour que des actions soient prises dans les 120 jours afin de reloger les femmes et les filles yézidies qui ont survécu à la tentative de génocide de leur peuple par l’État islamique. En février 2017, le ministre de l’Immigration a annoncé que 1200 survivants du génocide, principalement des femmes et des enfants yézidis, seraient relogés d’ici la fin de 2017. Le ministre a ensuite promis que des programmes seraient mis en place afin de répondre aux importants besoins de soutien durant ce processus, mais plusieurs survivant.es yézidi.es continuent d’avoir de la difficulté à accéder à ces services.

« Le Parlement, incluant le gouvernement libéral, a promis d’agir afin de soutenir les femmes et les filles yézidies qui ont survécu à un traumatisme inimaginable aux mains de l’État islamique. Je suis reconnaissante d’avoir eu la chance de parler avec la lauréate du Prix Nobel de la paix, Nadia Murad, une championne pour son peuple, et l’incarnation de la résilience humaine, a ajouté la porte-parole du NPD en matière d’immigration, de citoyenneté et de réfugiés, Jenny Kwan. Amener les Yézidis au Canada n’était que la première étape. Nous devons maintenant nous assurer que le soutien et les services qui leur permettront de reconstruire leur vie sont en place ».