OTTAWA – À la suite de leur visite à la Première Nation de Kashechewan, le chef du NPD, Jagmeet Singh, et le porte-parole du NPD en matière de jeunesse autochtone, Charlie Angus (Timmins–Baie James), sont revenus à Ottawa avec un message fort à l’intention du gouvernement libéral.

Après avoir constaté sur place l’état de décrépitude de l’école, MM. Singh et Angus ont demandé au gouvernement fédéral de mettre fin immédiatement à l’écart de financement en éducation pour les enfants autochtones de la Première Nation de Kashechewan et pour tous les enfants autochtones. Ils ont aussi rappelé au gouvernement libéral son obligation à se conformer entièrement aux jugements du Tribunal canadien des droits de la personne de cesser la discrimination envers les enfants des Premières Nations.

« Il y a un contraste frappant entre les belles expressions qu’utilisent les libéraux pour parler de la réconciliation avec les Premières Nations et la réalité sur le terrain dans des communautés comme Kashechewan, a déclaré M. Singh. Ces écoles souffrent d’un sous-financement chronique, et ce sont les enfants qui en font les frais. Aucun parent ne devrait accepter de telles conditions pour ses enfants, et nous ne l’acceptons pas non plus. »

Le vérificateur général a énoncé les recommandations de mettre fin à l’écart de financement en éducation pour les enfants autochtones dans son rapport soulignant l’échec du gouvernement libéral à agir afin de fournir des écoles et des services adéquats. Le rapport concluait que l’écart relatif au niveau de scolarité chez les Premières Nations s’était accru en dépit de l’amélioration générale de la diplomation au niveau secondaire. Un rapport du directeur parlementaire du budget estime l’écart entre 10 000 $ et 15 000 $ par élève annuellement, comparativement à ce qu’ils recevraient dans les systèmes provinciaux d’éducation.

« Les enfants de Kashechewan ont besoin d’une école sécuritaire et confortable où ils pourront apprendre, mais les libéraux ont négligé d’agir et forcent les enfants des Premières Nations à attendre encore plus longtemps avant d’avoir des écoles adéquates, a souligné M. Angus. Les libéraux peuvent agir dès maintenant en mettant fin à l’écart de financement en éducation, en se conformant aux jugements du Tribunal canadien des droits de la personne au sujet de la discrimination envers les enfants des Premières Nations, et en mettant en œuvre les recommandations du vérificateur général pour améliorer l’éducation dans les Premières Nations. »