« Plusieurs personnes au Canada s’inquiétaient que nous n’ayons pas d’accord, mais aujourd’hui, ces mêmes personnes sont préoccupées par ce que nous avons abandonné pour obtenir cet accord. Cet accord commercial ne ressemble en rien à ce que les libéraux avaient promis au début des négociations. Les Canadiennes et les Canadiens espéraient un meilleur accord, et au lieu de cela, il semble bien que nous ayons obtenu un nouveau nom, mais un pire accord. Les libéraux ont commencé les négociations en promettant de défendre les producteurs laitiers, de volaille et d’œufs, et d’inclure de nouvelles mesures progressistes comme un chapitre sur le genre, un chapitre sur les droits des peuples autochtones et des protections environnementales plus robustes. Au lieu de cela, le nouvel accord ne contient aucun de ces chapitres et les libéraux ont fait des concessions majeures à l’administration Trump. Ces concessions vont faire mal aux producteurs laitiers, de volaille et d’œufs, elles vont restreindre l’accès pour la population canadienne aux aliments produits localement et elles vont mettre la salubrité alimentaire en péril.

Bien que la question des tarifs douaniers pour le secteur de l’automobile ait été écartée, elle n’aurait jamais dû être à l’ordre du jour dès le départ. Par ailleurs, les libéraux n’ont pas réussi à obtenir quelque garantie que ce soit que les États-Unis allaient retirer les tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium. Ces tarifs ont des répercussions sur des travailleurs et des travailleuses de partout au Canada, et pourraient entraîner la perte de plus de 6 000 emplois.

Les libéraux prétendent qu’ils sont en faveur d’une forme d’assurance-médicaments, mais cet accord rend les médicaments encore plus coûteux. Cet accord prolonge de 8 à 10 ans la durée des brevets des médicaments biologiques, ce qui signifie que la population canadienne devra attendre deux ans de plus avant d’avoir accès aux versions génériques et moins chères de médicaments dont elle a besoin pour traiter des maladies chroniques, comme la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn. C’est donc un mauvais accord pour les personnes qui paieront davantage pour leurs médicaments au Canada, et c’est un mauvais accord pour les employeurs et les gouvernements dont les régimes d’assurance-médicaments devront payer des dizaines de millions de dollars supplémentaires chaque année pour couvrir ces médicaments.

Dans les prochaines semaines, la population canadienne s’attend à de la transparence de la part du gouvernement libéral. Les libéraux ont le devoir envers les Canadiens et les Canadiennes de permettre au Parlement d’étudier l’accord et d’en débattre. La population canadienne a le droit de savoir ce que l’on signe en son nom et les effets que l’accord aura sur leur vie. Le NPD va continuer à faire pression sur le gouvernement libéral pour plus de transparence et à se battre pour nos industries et nos travailleurs et travailleuses. »