Le NPD estime que le gouvernement libéral tente de sauver les meubles avec une mesure incomplète pour les travailleurs et travailleuses de l’industrie saisonnière. Les libéraux ont promis de régler le problème du trou noir pour tous les travailleurs et travailleuses, mais ils ont encore refusé de faire une véritable réforme de fond de l’assurance-emploi.

« Les libéraux tentent de sauver les meubles, un an avant les élections alors qu’ils auraient dû agir dès 2016, a dit Brigitte Sansoucy, députée de Saint-Hyacinthe-Bagot et porte-parole en matière de Famille, enfants et développement social. Que feront les travailleurs et les travailleuses qui se retrouvent devant le problème du trou noir et qui n’auront pas accès à ces 5 semaines? Le gouvernement les abandonne parce qu’ils n’habitent pas dans les régions sélectionnées par les libéraux. C’est inacceptable, ces gens-là ne sont pas des statistiques, ou des cibles, ce sont des familles qui tentent de joindre les deux bouts » a-t-elle ajoutée.

Uniquement 13 régions économiques de l’assurance-emploi sur 62 feront partie du projet pilote annoncé aujourd’hui, excluant ainsi un bon nombre de travailleurs et travailleuses partout au pays. Les mesures annoncées aujourd’hui ne touchent qu’une partie de la population et ne règlent pas le fonds du problème. Depuis trop longtemps, le NPD, les groupes de chômeurs et les syndicats tentent de convaincre ce gouvernement de la nécessité d’effectuer une refonte en profondeur du régime d’assurance-emploi.

« Les gouvernements conservateurs et libéraux successifs ont saccagé le programme d’assurance-emploi, au point où moins de la moitié des chercheurs d’emplois ne sont éligibles au programme, a ajouté Niki Ashton, députée de Churchill – Keewatinook Aski et porte-parole du NPD en matière d’Emploi. Avec des critères d’admissibilités à l’assurance–emploi aussi restreints, les personnes sans emploi, sous employées ou les travailleurs précaires au Canada n’ont toujours pas accès à des services pour lesquels ils contribuent. Il est temps que le gouvernement s’attaque à ces problèmes immédiatement, pas dans quelques années ».