« Hier, lors de la Journée nationale des peuples autochtones, j’ai pris connaissance du racisme et de la haine profondément enracinés du ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, envers ma communauté et les résidents du Nord.

C’est une insulte que le Québec soit la seule province au Canada à empêcher systématiquement les familles du Nord de voyager avec leurs enfants pour se rendre dans des hôpitaux au Sud lors d’urgences médicales ou d’évacuations par avion.

J’étais soulagé et rempli d’espoir lorsque j’ai appris que cette politique allait être changée. Ce soulagement a disparu avec la diffusion par Radio-Canada et Le Devoir d’un enregistrement des commentaires du ministre Gaétan Barrette. Les stéréotypes qu’il exprime sont enracinés dans la violence coloniale. Ils nuisent aux familles autochtones et aux personnes toxicomanes. Il n’y a rien pour excuser cette politique raciste, et le fait que M. Barrette se soit senti autorisé à faire ces déclarations est dégoutant.

Je suis entièrement d’accord avec les propos de maire de Kuujjuaq, Tunu Napartuk : M. Barrette se doit de représenter tous les citoyens du Québec, y compris les Inuits du Nunavik. Je souhaite également faire écho à son appel à la démission du ministre Barrette.

Finalement, j’aimerais attirer l’attention sur l’article 24(2) de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones : Les autochtones ont le droit, en toute égalité, de jouir du meilleur état possible de santé physique et mentale. Les États prennent les mesures nécessaires en vue d’assurer progressivement la pleine réalisation de ce droit.

Les droits humains de ces enfants et de ces familles sont bafoués en raison des idées racistes et coloniales d’un élu de l’Assemblée nationale du Québec. C’est inacceptable et ça ne peut pas continuer ainsi. »