« Chaque jour, 44 000 personnes sont forcées de tout laisser derrière elles pour fuir la guerre, la persécution ou la terreur. La moitié d’entre elles sont des enfants.

Ces chiffres sont effarants, et chacune de ces personnes a sa propre histoire de séparation et de perte, le récit de son dangereux périple en quête de sécurité – qui finit souvent de façon tragique –, et la chronique de ses efforts colossaux pour refaire sa vie malgré des défis apparemment insurmontables.

Malheureusement, nous sommes aujourd’hui témoins des niveaux les plus élevés jamais enregistrés de personnes déplacées, et les coûts humains sont considérables.

À l’heure actuelle, à la frontière sud des États-Unis, des familles sont déchirées alors qu’elles sont à la recherche d’un refuge et d’une chance d’avoir une vie meilleure. Nous ne devons pas regarder cette tragédie se dérouler et rester les bras croisés à ne rien faire – le Canada est appelé à agir.

Nous devons avoir le courage d’agir, le courage de défendre catégoriquement les droits de la personne. Voilà pourquoi les néo-démocrates vont continuer de demander au gouvernement libéral de suspendre l’Entente sur les tiers pays sûrs. Nous ne pouvons pas rester impassibles et regarder des enfants être séparés de leurs parents et détenus en otages dans des cages.

En cette Journée mondiale des réfugiés, rendons hommage à la force et à la persévérance des réfugié.es en nous engageant à lutter dès maintenant pour ces familles, pour ces enfants.

Comme l’a dit le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres : "Il ne s’agit pas vraiment de partager un fardeau. Il s’agit de partager une responsabilité mondiale, fondée non seulement sur le principe général de notre humanité commune, mais aussi sur les obligations particulières qui nous incombent en vertu du droit international. Les problèmes fondamentaux, ce sont la guerre et la haine, et non pas les personnes qui sont obligées de fuir; les réfugiés font partie des premières victimes du terrorisme."

Nous sommes tous et toutes solidaires. Ayons le courage d’exiger mieux et assurons-nous que les personnes qui ont besoin de notre soutien trouvent refuge durant leurs moments les plus sombres. »