OTTAWA – Presque 30 ans après l’adoption par la Chambre des communes d’une motion du NPD pour l’élimination de la pauvreté infantile au Canada, un nouveau rapport révèle un taux outrageusement élevé d’enfants canadiens vivant sous le seuil de pauvreté. L’étude de Campagne 2000 dresse la liste des dix circonscriptions au Canada où la pauvreté infantile est la plus élevée. On y remarque entre autres un taux de 40 % d’enfants vivant dans la pauvreté dans la circonscription de Toronto-Centre, représentée par le ministre des Finances millionnaire Bill Morneau.

« Les libéraux sont au pouvoir depuis trois ans déjà et même s’ils ont dit qu’ils allaient sortir des centaines de milliers d’enfants de la pauvreté, le rapport de Campagne 2000 démontre que près de 1,2 million d’enfants vivent encore dans une situation de pauvreté, c’est inadmissible! Le gouvernement a promis de mettre en place d’ici la fin de son mandat une stratégie de réduction de la pauvreté concertée, nous l’attendons toujours », a déclaré Brigitte Sansoucy, porte-parole du NPD en matière de famille, enfants et développement social.

Plusieurs régions où se trouve une importante population autochtone font face à des taux de pauvreté infantile encore plus élevés, et ces taux n’ont pas diminué de façon notable depuis que les libéraux ont été élus.

« Ma circonscription est habitée par des gens d’une incroyable résilience, mais ces personnes sont confrontées à une pauvreté dévastatrice et à des conditions de vie du tiers monde. Ce n’est pas survenu par hasard. C’est le résultat du colonialisme et du sous-financement chronique de la part du gouvernement fédéral, a dit la députée néo-démocrate Niki Ashton (Churchill–Keewatinook Aski). Dans un pays aussi riche que le Canada, c’est inacceptable que les enfants dans le Nord et ailleurs vivent dans la pauvreté. »