Dans ses rapports printaniers de 2018, le vérificateur général a fait de nombreuses constatations d’échecs majeurs de la part du gouvernement libéral, notamment le fiasco de Phénix qu’il a décrit comme un « incroyable échec ». « Le vérificateur général s’exprime aujourd’hui en termes non équivoques : Phénix est un échec cuisant, et il doit y avoir de l’imputabilité pour ce désastre, a déclaré Karine Trudel, porte-parole du NPD en matière de travail. Les rapports montrent qu’il n’y avait pas d’approbation claire de la part de quiconque au gouvernement pour que le système soit lancé, et maintenant des centaines de milliers de travailleurs et de travailleuses en font les frais. » En ce qui concerne les conditions de vie des gens des Premières Nations dans les réserves, les rapports du vérificateur général montrent que le gouvernement n’a pas tenu compte de la santé, de l’environnement, de la langue ni de la culture en mesurant l’écart socioéconomique entre les gens des Premières Nations dans les réserves et le reste de la population canadienne. Au cours des 30 dernières années, le gouvernement n’a pas évalué non plus à quel point les programmes de formation professionnelle faisaient augmenter la participation des peuples autochtones au marché du travail. « Plus de la moitié des personnes inscrites en vertu de la Loi sur les Indiens vivent dans des réserves, mais le vérificateur général a découvert que le gouvernement a ignoré les données sur la santé, l’environnement, la langue et la culture en mesurant l’écart de bien-être, a affirmé David Christopherson, député néo-démocrate de Hamilton-Centre. Par ailleurs, des personnes du Canada ont croupi dans des prisons à l’étranger où elles ont été torturées et maltraitées, et de toute évidence, le gouvernement n’a pas pris ces cas au sérieux. » Entre autres lacunes majeures, le vérificateur général a aussi remarqué des délais inacceptables et une formation médiocre dans la prestation de services consulaires aux Canadiens à l’étranger, y compris aux personnes ayant été torturées ou ayant subi de mauvais traitements en prison, ainsi que des délais tout aussi déraisonnables dans l’administration de notre système de justice militaire.

Les néo-démocrates exigent du gouvernement libéral qu’il prenne immédiatement des mesures pour répondre aux nombreuses constatations graves qui se trouvent dans les rapports printaniers de 2018 du vérificateur général.