« Cette semaine, on célèbre le triste anniversaire de l'inaction du gouvernement libéral face aux grands cabinets comptables et aux plus fortunés de notre société. En effet, ça fait deux ans que nous avons appris que l’Agence du revenu du Canada a offert une amnistie secrète aux riches clients de KPMG, leur évitant ainsi des poursuites et des pénalités pour leur implication dans un stratagème visant à déjouer le fisc.

Depuis ce moment, la ministre du Revenu se cache derrière des procédures judiciaires. Pendant ce temps, les clients de KPMG sont toujours libres comme l’air. Pire encore, depuis la publication du rapport du comité des Finances sur cette histoire, la ministre n’a fait que des changements mineurs aux programmes de divulgations volontaires. Ce n’est pas assez!

Nous savons tous très bien que le véritable problème, ce sont nos lois fiscales trop permissives. Qu’est-ce qu’il va falloir faire pour que les libéraux cessent de balayer les problèmes d’évasion fiscale en dessous du tapis et s’attaquent vraiment au problème? Combien d’argent les contribuables devront-ils perdre? Combien de programmes sociaux devront continuer à être sous-financés avant que ce gouvernement travaille sérieusement sur la modernisation de nos lois fiscales?

Le comité des Finances est d’accord. Les experts s’entendent sur le sujet. Les Québécois et les Canadiens le demandent haut et fort depuis longtemps. Nos lois fiscales doivent être révisées en profondeur. Elles permettent toujours à des firmes comptables, à des multinationales et aux plus fortunés du pays de tout simplement éviter de payer leur juste part à l’aide de stratagèmes immoraux, mais tout à fait légaux.

Il faut que ça change, parce que le système doit travailler pour ceux qui en arrachent tous les mois, pas pour les plus riches qui tentent d’éviter de payer ce qu'ils doivent comme tout le monde. »