VICTORIA – Aujourd’hui, Randall Garrison, porte-parole du NPD en matière de défense et vice-président du Comité permanent de la défense nationale, signera le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires des Nations Unies afin de montrer que le Canada peut et doit être un chef de file dans le mouvement pour le désarmement nucléaire. Jusqu’à maintenant, les libéraux ont refusé de signer le Traité, et leur abstention du processus de négociation de ce document historique et juridiquement contraignant inquiète les Canadiennes et les Canadiens.

« Le Canada a joué un rôle de meneur aux Nations Unies dans le combat pour éradiquer les mines antipersonnel. Nous avons pu constater le succès de ce mouvement et voir combien de vies il a sauvées partout sur la planète, a affirmé M. Garrison. Alors que les tensions s’accroissent dans le monde, le Canada est bien placé pour jouer un rôle de leader dans le mouvement pour le désarmement nucléaire, dont les enjeux sont très importants. Il faut adopter une nouvelle approche axée sur la désescalade et travailler en vue du désarmement. Cependant, le silence observé par le gouvernement libéral sur cette question jusqu’à maintenant met la population du Canada et du monde entier en danger. »

Le gouvernement libéral n’a pris aucune mesure pour protéger les Canadiennes et les Canadiens contre une guerre nucléaire, et ce, même si le Bulletin of the Atomic Scientists a noté que le risque d’une guerre nucléaire catastrophique était à son niveau le plus élevé depuis 1953. De ne rien faire pour prévenir une guerre nucléaire n’est plus une option, et le NPD continuera de demander aux libéraux d’enfin montrer du courage et d’agir pour protéger les gens de partout sur la planète des horreurs que peuvent causer les armes nucléaires.
L’année dernière, le gouvernement libéral a voté contre une motion du NPD demandant que le Canada signe le Traité. En octobre 2017, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), dans laquelle plusieurs Canadiens se sont engagés, a reçu le prix Nobel de la paix. Nous espérions que cela encouragerait les libéraux à revoir leur position sur le Traité d’interdiction des armes nucléaires, mais cela ne semble pas être le cas jusqu’à maintenant.

« Nous savons que la menace nucléaire est encore bien réelle. Le Traité d’interdiction des armes nucléaires est un pas dans la bonne direction pour faire pression sur la communauté internationale dans son ensemble, afin qu’elle agisse à la lumière de cette terrible menace, a ajouté la porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière. Le Canada devrait se joindre aux quelque 120 pays qui ont déjà signé le Traité. »