« Alors que l’Ontario souligne la Journée de l’équité salariale, les Canadiennes ne reçoivent pas encore leur juste part. Une femme doit en moyenne travailler plus de trois mois de plus pour gagner le même salaire que son homologue masculin. Il est inacceptable qu’en 2018, des femmes de partout au Canada gagnent toujours moins d’argent pour un travail de valeur égale. L’écart salarial est encore plus grand pour les femmes racisées et autochtones. Toutes les femmes méritent mieux et elles ont assez attendu.

Le budget fédéral du mois de mars ne finance pas de mesures législatives sur l’équité salariale, et les femmes doivent encore une fois attendre que les libéraux se décident à agir. Bien qu’ils aient promis des lois pour assurer une paie égale pour un travail de valeur égale il y a plus de 40 ans, et encore en 2016, ces lois n’ont pas encore été déposées au Parlement.

Le manque de services de garde abordables et de qualité met aussi en péril la sécurité économique des femmes, en plus d’accroître l’écart salarial entre les sexes. Les coûts des services de garde au Canada sont parmi les plus élevés du monde. Pourtant, ce gouvernement néglige de fournir le financement nécessaire. Sans un système universel et abordable de garde d’enfants, les femmes continueront de faire face à des obstacles au moment de retourner au travail, si même elles le peuvent.

Le NPD continuera, aujourd’hui et chaque jour, de faire pression pour la mise en œuvre complète et le financement de lois sur l’équité salariale pour toutes les Canadiennes. Voilà pourquoi je publierai cette semaine une fiche d’évaluation produite par le NPD sur l’égalité entre les sexes dans le budget de 2018. Les femmes attendent depuis trop longtemps que ce gouvernement s’assure que les femmes reçoivent une rémunération égale pour un travail de valeur égale. Il est plus que temps que les libéraux passent de la parole aux actes. »