Je voudrais offrir mes sincères condoléances aux proches de Monsieur Jacques Parizeau.

J’ai toujours entretenu le plus grand respect pour cet homme politique plus grand que nature. Il a indéniablement marqué notre histoire collective. Un des bâtisseurs du Québec moderne, un des personnages clés de la Révolution tranquille, il a créé le ministère de l’Éducation et aidé à mettre sur pied Hydro-Québec.

Le Québec perd aujourd’hui une personne qui a toujours été guidé par ses convictions, une personne de tête qui a mis sa vie au service du Québec.

La vie politique est souvent cruelle. Par contre, et j’en demeure convaincu après 4 ans comme député, qu’elle est jalonnée d’un nombre considérable de personnes de grande qualité qui ont fait le choix de donner leurs talents et leur temps aux autres et à la chose publique. Outre nos points de vue divergeant -c’est le propre d’une vie démocratique saine-, je peux vous dire que tous les jours mes convictions sont renouvelées par la présence de ces personnes.

Merci M. Parizeau, et merci à tous ceux et celles qui, sans relâche, travaillent pour rendre notre société meilleure.